2006/01/09

[News/Mood] Sur les reformes des organismes de recherche...

Dans les nouvelles francaise ce matin (passee la description morbide des couples violeurs et tueurs), la demission du president du CNRS, et des commentaires sur l'ANR (Agence Nationale de la Recherche), le nouvel organisme de recherche francais: dans le nouvel observateur et dans le Figaro.

Ce qui me touche en particulier, c'est une citation d'un membre du SNTRS-CGT, qui recoupe exactement mes reflexions de l'an dernier lors de la creation de l'ANR, qui "encourage la mise en concurrence effrénée de ses (du CNRS) propres équipes". La recherche a autant besoin de competition que de collaboration, et decider qu'elle sera plus "efficace" en augmentant la competition touche a un equilibre fragile, sans aucune justification. Qu'on me comprenne bien, je suis pour la remise en cause et le changement, mais d'une maniere reflechie et progressive, pas de maniere arbitraire et pour le plaisir de changer! L'existence du modele Americain de justifiera ces changements que quand il aura fait ses preuves, ce qui est loin d'etre le cas...

Les changements promus par l'ANR menent en premier lieu a des fraudes comme celle(s) du Dr HWang, et plus tard a un "flicage" de la recherche pour remplacer l'evaluation "par confreres", trop fragile pour resister a de fortes pressions. Si il y a quoi que ce soit de vrai dans l'imagerie populaire du chercheur distrait, perdu dans des univers virtuels que lui seul peut voir, et ennuye par toute interference du monde "Reel", ce type de chercheurs va definitivement disparaitre. Et par quoi seront-ils remplaces? Par des chercheurs plus doues pour rediger des projets de recherche et exploiter leurs etudiants et confreres. Ces chercheurs existaient deja, ils sont la plaie des laboratoires (je pense a C.N. pour ceux qui connaissent), et je predis que cette espece s'epanouira dans ce nouveau systeme.

C'est la loi de l'evolution, nous chantent des politicards qui n'ont jamais lu Darwin, ni meme etudie quoi que ce soit dans le domaine de l'evolution. Pour ceux-ci, un rappel de quelques proprietes des systemes evolutionaires: 1) Ils sont bases sur le hazard, et menent a des modeles stochastiques, i.e. des systemes dont on peut prouver qu'ils ne sont pas predictibles: encourager la creation d'un tel systeme c'est renoncer a tout controle a long terme. 2) Ils sont tres fragiles: trop de selection et ils convergent vers des solutions mediocres, et vers une population uniforme qui s'adapte tres mal au changements. Pas assez de selection et ils ne convergent pas du tout. 3) Ils convergent lentement et continument: note eco-systeme a evolue durant des temps immemoriaux (et continue d'evoluer), et je suis convaincu que nos politicards ne sont pas pres a attendre aussi longtemps.

Non, decidement, cette "loi de l'evolution" ressemble bien a un pretexte. Le seul grand principe qui me vienne a l'esprit pour justifier ces reformes est celui de "diviser pour regner". A mettre en competition les chercheurs, c'est bien leur liberte qu'on acheve. Le taux de syndiques dans la recherche en France est un des plus bas, mais ce n'est pas une exception francaise: les universites nord-americaines sont en competitions les unes avec les autres, et les chercheurs (et leur syndicats) sont impliques dans cette competition: les syndicats n'ont que tres peu de marge face a la direction de l'universite.

La recherche Nord-Americaine n'est pas la plus mauvaise, mais elle est connue pour importer plus de jeunes chercheurs qu'elle n'en produit, et pour etre tres influencee par les phenomenes de mode, au detriment meme de l'interet scientifique (dixit les chercheurs eux-memes) ou de la recherche fondamentale. Les universites chinoises sont en train d'adopter ce modele, les universites indiennes y sont deja. Y aura-t-il encore des chercheurs libres a la fin de ce siecle? J'ai bien peu que non :(

Post a Comment